KRONOS : Qui sommes-nous ?

Soyez les bienvenus sur KRONOS, blog d'expression, d'information et de partage consacré à l'archéologie mystérieuse au sens large, et plus ou moins dans le même état d'esprit général que la revue belge KADATH, fondée en 1974, ou que la publication française ATLANTIS, avec son impressionnante longévité (depuis 1926). KRONOS est également ouvert à tout ce qui s'inscrit dans la démarche de chercheurs-auteurs indépendants et dissidents, comme entre autres Peter Kolosimo, Erich Von Däniken , Graham Hancock, Denis Saurat, etc. Mais tous articles ou videos concernant tout simplement l'archéologie et l'histoire antique, protohistorique et préhistorique officielle au sens large sont aussi susceptibles d'être relayés ici, comme pistes de réflexion et sources d'informations.

vendredi 19 février 2016

Les serpents mégalithiques du Manio et de Gavrinis


  
A l'extrémité est des alignements mégalithiques de Kermario situés à Carnac (Morbihan, Bretagne) se trouvent les vestiges d'un tumulus très arasé par l'érosion, connu sous le nom de tertre du Manio.

Intégré de fait aux alignements, sa construction leur est néanmoins antérieure. Ce tertre, entouré de petits mégalithes affleurants, est dominé par un remarquable menhirs de 4,5m de haut, dont la grande particularité est d'être gravé sur sa base, partie enterrée, de cinq lignes ondulantes serpentiformes.

C'est pourquoi on le nomme menhir aux serpents.


Devant le menhir, les fouilles menées en 1922 ont permis de mettre au jour cinq haches de pierre polie, enterrées avec le tranchant tourné vers le haut. Une ouverture aménagée au pied du menhir permet d'aller observer in situ les représentations serpentiformes, en se glissant dans une sorte de fosse entourée de larges dalles de pierre.

 Ci-dessus : la base gravée, jadis enfouie,
du Menhir aux Serpents (Tertre du Manio).

Ces étranges lignes représentent-elles bien des serpents ? Si oui, doit-on les interpréter comme la manifestation d'un énigmatique culte ophique*, ou bien faut-il plutôt, de façon plus osée, les mettre en rapport avec la symbolique du serpent, associé depuis la nuit des temps aux forces telluriques ?

Pour les partisans de la thèse du culte orphique, laquelle n'exclut d'ailleurs nullement l'hypothèse du serpent des forces telluriques, les alignement de menhirs, formant des lignes sinueuses et non rectilignes, constitueraient eux-mêmes des représentations géantes du serpent, les cercles de pierres que l'on retrouve fréquemment à leurs extrémités représentant quant à eux un oeuf, sans doute gobé par le serpent. Le serpent des forces de la terre-mère avalant l'oeuf cosmique de la création, comme dans les mythes des Aborigènes d'Australie ? Il serait pour le moins hasardeux de valider pleinement une telle théorie, qui ne repose pour l'heure que sur le ressenti ainsi que sur l'interprétation visuelle de quelques chercheurs et auteurs, éminemment minoritaires.


D'autre part, c
ertaines spéculations, qui pourraient s'avérer au moins en partie exactes, postulent le fait que les mégalithes, menhirs, dolmens et autres structures composites (tumuli, cercles de pierre,  quadrilatères etc) ont été dressés sur des champs, voire des lignes de courant tellurique, jalonnant leurs parcours ou marquant des "nœuds", zones d'intersection entre deux courants ou plus.

Le serpent, animal chtonien** par excellence, semble tout indiqué pour symboliser ces forces telluriques au pied de certains mégalithes, si toutefois les forces en question ont véritablement été conçues, perçues et prises en compte par les peuples de la fin du néolithique qui ont érigés les monuments, et dont la tradition culturelle, de transmission orale, s'est aujourd'hui perdue dans les limbes et méandres du temps.

 On notera avec intérêt que des figurations serpentiformes analogues se retrouvent à la base du montant N° 8 du remarquable dolmen au piliers gravés, recouvert d'un cairn imposant, qui se situe sur la fameuse île de Gavrinis, dans le Golfe du Morbihan.


Ci-dessus : Pilier N°8 du dolmen du
cairn de Gavrinis.

    
Profondément incisées dans la pierre, ces figures ondulantes, dont l'aspect serpentiforme est flagrant, évoquent-elles les forces telluriques qui se manifestent à l'endroit où la base de la pierre s'enfonce dans la terre-mère, tout comme ce serait également le cas au tertre du Manio ?

Ci-dessus : Détail de  la base du montant N°8,
cairn de Gavrinis.

Ce qui ressemble à des haches préhistoriques, que l'on retrouve sur plusieurs montants du dolmen sous des combinaisons variables (tantôt seules tantôt par paires, tantôt les haches toutes orientées vers le haut ou vers le bas, tantôt tête-bêche etc), et que l'on peut justement observer à gauche des gravures serpentiformes, constituent-elles une forme de proto-écriture dont le sens nous échappe  aujourd'hui totalement ? S'agit-il de symboles ésotériques, ou magiques ?

Et si les "serpents" de la base représentent bien les forces telluriques de la terre-mère, faut-il donc envisager que le foisonnement de sculptures de courbes concentriques, évoquant des empreintes digitales, qui ornent la quasi totalité de la surface du pilier représentent en fait les "ondes" émises par l'énergie de la terre ?


Voila une hypothèse hardie qu'il serait bien présomptueux de développer outre mesure, à l'heure actuelle, en l'absence de tout élément probant qui pourrait venir l'étayer de façon décisive. Mais qui sait ? Même si les chances d'en apprendre davantage dans le futur paraissent hélas fort minces, rien n'interdit d'espérer qu'un beau jour une découverte inespérée viennent enfin lever le voile sur ces mystérieuses gravures pariétales.

En attendant, à chacun d'en déduire, voire d'en conclure ce qui lui semblera plausible et probable, sur la base de son intuition ou de son intime conviction, à défaut de rigueur scientifique.  A Manio comme à Gavrinis, la figure du serpent est étroitement associée aux monuments, et semble être en lien avec l'univers souterrain. Mais bien malin celui qui pourra, dans l'état actuel de nos humbles connaissances, formuler à ce sujet de quelconques certitudes, que cela soit dans un sens ou dans l'autre.

Le mystère impénétrable de ces pierres levées, obstinément muettes depuis la nuit des temps malgré tous les efforts déployés pour les faire enfin parler, n'en fait-il pas, tout compte fait, une grande partie du charme ? Les serpents qui les ornent resteront sans doute encore longtemps les gardiens de leurs secrets multimillénaires.

Hans CANY




* : Ophique se dit d'un culte dont le serpent est objet de vénération.

** : Chtonien est un adjectif se rapportant au monde souterrain.



 



mardi 26 janvier 2016

L'homme d'Altamura : une curiosité archéo-géologique


La paléontologie et la géologie, voire la minéralogie, sont des sciences qui interagissent parfois de manière inattendue. L'Homme d'Altamura en est indéniablement l'exemple-type.

Le corps humain ancien dont il est ici question fut découvert  en 1993 dans une grotte située près de la petite ville d'Altamura, située dans les Pouilles, au sud de l'Italie. Ces restes préhistoriques présentent la particularité remarquable d'être partiellement recouverts par des concrétions de calcite, au sein desquelles ils sont littéralement incrustés. Ce dépôt de calcite (carbonate de calcium) s'est formé au cours des millénaires avec le ruissellement des eaux de la grotte, saturées de matière minérale.

Les ossements, d'aspect extraordinaire, reposent au fond d'un puits naturel dans lequel l'individu est probablement tombé accidentellement et y est mort d'inanition, à moins qu'il n'y ait été précipité intentionnellement, dans le cadre d'un meurtre ou d'un sacrifice rituel.

Le squelette étant en grande partie pris dans sa gangue de calcite, à l'exception de quelques parties dont le crâne, l'ensemble de la découverte a été laissé in situ.
Néanmoins, un petit fragment d'os a pu être prélevé, et les analyses ADN dont il a fait l'objet ont permis de déterminer que l'homme était un néandertalien, espèce distincte de l' homo sapiens sapiens auquel s'apparentent les humains modernes. Elles ont en outre permis d'établir une datation approximative comprise entre 150 000 et 182 000 ans, faisant ainsi de l'Homme d'Altamura le plus ancien squelette de néandertalien dont il a été possible à ce jour  de reconstituer le génome.

Hans CANY






mercredi 1 juillet 2015

Gaulois contre Romains : pour en finir avec le mythe de la "Pax romana"

Gaulois_contre_Romains.jpg
Afin d'en finir une bonne fois pour toutes avec le mythe ô combien galvaudé de la prétendue "Pax romana", la lecture d'un ouvrage fort bien documenté de Joël Schmidt, paru en 2004, pourra s'avérer des plus édifiantes et des plus profitables, même aux personnes les plus sceptiques et/ou les plus conditionnées dans le cadre d'un sujet historique de plus en plus controversé. Le titre de l'ouvrage en question, pour être des plus sobres, n'en est pas moins particulièrement éloquent : "LES GAULOIS CONTRE LES ROMAINS : LA GUERRE DE 1000 ANS". Au fil des pages de ce livre captivant, l'auteur s'emploie méthodiquement à démonter la fable éculée d'une période "de paix et de prospérité" qui, cinq cents ans durant, aurait suivi l'invasion romaine de la Gaule à partir de son accomplissement en l'an 52 avant l'ère chrétienne, pour ne s'achever que dans la tourmente des "Invasions barbares" et de la chute de l'Empire, en l'an 476 de l'ère vulgaire. Références précises et vérifiables à l'appui, Joël Schmidt expose ici avec brio le déroulement d'événements aussi bien ignorés du grand public que volontairement passés sous silence par l'historiographie officielle.

Si les données archéologiques témoignent indiscutablement du fait que les centres urbains des Gaules, pour la plupart fondés par l'Occupant à partir d'oppida gaulois préexistants, furent profondément marqués par l'empreinte romaine, si ces mêmes données archéologiques attestent l'existence d'une indéniable "fusion" civilisationnelle, et même d'un syncrétisme religieux assimilant une grande partie du panthéon celtique local au panthéon romain, elles ne doivent pas pour autant occulter le fait que ces quelques siècles de domination latine n'entraînèrent en aucune façon la disparition totale de l'identité et des particularismes culturels des autochtones, pas plus qu'ils ne mirent un point final aux velléités de ces derniers de recouvrer leur indépendance perdue. N'en déplaise aux adeptes inconditionnels de la romanité et de l'héritage civilisationnel gréco-latin, l'irrédentisme gaulois n'est pas, tant s'en faut, qu'une plaisante invention inhérente aux bandes dessinées d'Astérix et Obélix, mais correspond bel et bien à une réalité historique.

La vérité est que les cinq siècles que durèrent la soi-disant "Pax romana", loin de correspondre au cliché idyllique d'une période de stabilité et de "progrès" civilisationnel sans précédent, loin d'asseoir la supériorité définitive des fondements de la civilisation romaine sur l'identité culturelle rudimentaire, forcément primitive et grossière, de prétendus "barbares", furent sans cesse émaillés d'actes de rébellion, d'insurrections et de soulèvements armés qui, jusqu'au bout, n'eurent de cesse de mettre à mal l'autorité de l'Empire sur les diverses régions placées sous son joug. Non seulement ces actes d'insoumission et de révolte se succédèrent à un rythme effréné durant toute la période d'occupation, mais de surcroit, les différents peuples gaulois essayèrent toujours, dès les premiers signes d'affaiblissement de l'autorité impériale apparus au cours du IIIème siècle de l'ère chrétienne, de faire purement et simplement sécession avec l'Empire, afin de recouvrer leur souveraineté perdue. C'est ainsi que l'on vit même se produire, au cours des derniers siècles de l'Empire moribond, des initiatives plus ou moins éphémères émanant d' "empereurs gaulois" qui, s'ils se refusèrent toujours à rompre avec les valeurs romaines, n'acceptèrent pas, de facto, de prêter allégeance à l'autorité centrale, et entendirent ainsi, au-delà de leurs ambitions personnelles, affranchir leurs peuples respectifs de la tutelle de Rome.

Pour conclure au mieux cette brève présentation du remarquable ouvrage de Joël Schmidt, voici à présent une reproduction du résumé figurant en quatrième de couverture :


"Sur le conflit qui oppose les Gaulois aux Romains, on ne connaît généralement que l'épisode de la conquête des Gaules racontée par César et qui se déroula pendant huit ans au milieu du 1er siècle av. J. -C. Or, c'est dès 390 av. J. -C. que le Gaulois Brennus et ses troupes occupèrent durablement Rome et prononcèrent l'humiliant " Vae victis ", " Malheur aux vaincus ". La prise de Rome fut la cause d'un traumatisme irréductible, sans cesse rappelé par tous les historiens de Rome, notamment par le plus grand d'entre eux, Cicéron. A partir de cet événement majeur, se succédèrent les péripéties d'une lutte inexpiable au cours de laquelle les Gaulois, rêvant toujours de réoccuper Rome, s'allièrent par les armes et la diplomatie à tous les adversaires des Romains : Carthaginois avec Hannibal, Grecs avec le roi Persée, Germains ou Barbares lors des grands invasions des IIe et IIIe siècles de notre ère.
L'auteur démontre également que la prétendue romanisation de la Gaule, thème sans cesse rabâché par les historiens, fut un leurre ou tout au moins une légende : en réalité, il y eut sans cesse des révoltes gauloises contre l'Empire romain. Pendant dix siècles, liberté et indépendance furent les mots d'ordre constants des chefs gaulois. Si les Gaulois furent toujours vaincus parce qu'ils opposaient leur masse aux tactiques éprouvées des légionnaires romains, ils ne renoncèrent jamais à harceler par tous les moyens possibles l'occupant romain, jusqu'à la chute de Rome au Ve siècle de notre ère."


Enfin, pour approfondir la question, on pourra également lire avec profit la non moins remarquable étude de Maurice Bouvier-Ajam publiée pour la première fois au début de l'année 2000, et consacrée précisément  au phénomène des "empereurs gaulois" au cours de la seconde moitié du IIIème siècle de notre ère, entre l'an 260 et 274. Quatrième de couverture :

"260 après J.-C : l'Empire romain est en crise. L'époque où la grandeur de Rome s'affirmait de l'Angleterre au désert de Judée est révolue. Les incursions barbares se font de plus en plus fréquentes, le pouvoir impérial risque de vaciller. Coupées de l'Italie par l'invasion des Alamans, les provinces gauloises et les légions stationnées sur le Rhin proclament empereur un noble d'origine gallo-romaine, Postumus. Ce général s'empare du pouvoir et installe sa capitale à Trèves, il domine alors les Gaules, l'Espagne et la Bretagne. Pendant quinze ans, Postumus et ses successeurs, Victorinus (268- 270) et Tetricus (270 -274), se comporteront en souverains légitimes, refusant toutefois de rompre avec les valeurs romaines. Ils revêtiront les pouvoirs et titres des empereurs, frappant monnaie, organisant la vie civile, assurant la protection du pays. Toléré un temps parce qu'il protégeait l'Italie des peuplades germaniques, l'Empire gaulois représentait un véritable défi à l'autorité de Rome. Aurélien, symbole de la restauration du pouvoir impérial autoritaire, vint à bout de cette sécession en 274. L'Empire gaulois avait cessé d'exister. Fortement influencée par les auteurs latins, l'Histoire présenta souvent la Gaule comme une simple province romaine. C'était faire abstraction de l'esprit de résistance révélé par cet épisode trop souvent absent de nos manuels. Le rapport de force étant défavorable à l'Empire gaulois, ce dernier fut anéanti. Il mit pourtant en évidence la fragilité de l'Etat romain, annonçant sa chute prochaine. "
Gaulois_empereurs.jpg
Même s'il convient bien évidemment, dans un souci d'honnêteté intellectuelle, d'établir une certaine distinction entre ce qui relève d'une part des multiples révoltes gauloises, empreintes d'un esprit profondément celtique, et d'autre part des expériences sécessionnistes opérées sous l'égide d' "empereurs gaulois" successifs, plus ou moins romanisés, le même souci d'honnêteté intellectuelle impose également la déduction suivante : loin d'avoir disparu corps et âme en se fondant dans le creuset civilisationnel dit gallo-romain, le sentiment identitaire gaulois, d'essence celtique continentale, a non seulement survécu -au moins en partie- à la conquête romaine, mais s'est de surcroit maintenu plus ou moins ouvertement pendant toute la période qu'aura duré l'occupation des Gaules. Et plus encore, il parvint même à survivre à la désintégration de l'Empire romain d'Occident en l'an 476 de l'ère chrétienne, alors même que ladite civilisation gallo-romaine avait commencé, dès le IIIème siècle, à intégrer en son sein un nombre conséquent d'éléments ethno-culturels germaniques, portés jusqu'à elle par diverses vagues de peuplement venues d'outre-Rhin.

La prise en compte des faits historiques brièvement évoqués dans le cadre du présent article -et développés dans celui des deux études qui y sont présentées- nous invite donc à l'abandon d'un certain nombre d'idées reçues. Au premier rang de ces idées reçues figure le fait que l'histoire de l'espace territorial qui allait par la suite devenir la France, comme beaucoup plus tard le royaume de Belgique actuel, ne saurait commencer avec la conquête romaine. D'autre part, les divers peuples constituant l'actuel "Hexagone" ne sont aucunement dépositaires d'un héritage ethno-culturel et civilisationnel qui ne serait que d'essence romaine, et donc latine. Toute l'histoire de l'opposition multiséculaire entre Gaulois et Romains, entre monde celtique et monde latin, le démontre de façon on ne peut plus claire. A ce titre, même en ne se bornant qu'au domaine linguistique, la bonne foi la plus élémentaire devrait obliger tout un chacun à admettre une évidence des plus criantes : si, de par sa structure générale, il convient certes de classer le français parmi les langues dites romanes, cette langue française, issue de la fusion de langues d'Oc et de langues d'Oïl, elles-mêmes comprenant de nombreux apports germaniques et celtiques continentaux, est incontestablement la moins latine de toutes les langues romanes. 

Même s'il convient bien entendu d'écarter l'excès inverse, qui consisterait à nier purement et simplement tout apport romain/latin dans la substance de l'actuelle identité française, force est d'y reconnaître également la présence tout aussi persistante qu'importante d'un vieux fond celtique continental (gaulois). Ce sont précisément ces trois éléments constitutifs, celtique/gaulois, latin/romain, puis germanique, qui en constituent les piliers fondamentaux et qui, par là-même, en font toute la spécificité. Faire fi d'une partie ou de l'autre de cet héritage triple, ce n'est ni plus ni moins qu'un déni de réalité, sur fond de parti pris et d'amnésie plus ou moins volontaire. 

Monde celtique et monde latin, s'ils peuvent dans une certaine mesure fusionner, voire se compléter, n'en constituent pas moins deux pôles diamétralement opposés de l'indo-européanité . Le paradoxe, la singularité de la civilisation dite gallo-romaine (et belgo-romaine), c'est d'être parvenu à faire une synthèse de ces deux pôles opposés, tout en demeurant fondamentalement elle-même, en ne reniant jamais totalement son vieux fond gaulois, et tout en l'enrichissant, par la suite, d'une part non-négligeable de germanité. Mais c'est aussi parce que les Celtes des Gaules, les Gaulois et autres Celto-Germains comme les Belges, ne succombèrent jamais totalement à l'assimilation et à l'acculturation romaines qu'ils purent, au final, préserver un héritage ancestral qui reste en grande partie le nôtre.

Hans CANY
2 juillet 2015 E.V.




    

mercredi 20 mai 2015

Dartmoor : Un cromlech plus ancien que Stonehenge ?

A proximité su Sittaford Tor qu'on aperçoit au loin à l'arrière-plan,
un cercle de pierres renversées.
(Photo : parc national du Dartmoor)
 
 
Jusqu'alors passé inaperçu, un cromlech inconnu, cercle de pierre remontant à la nuit des temps, a récemment pu revoir le jour dans le parc national du Dartmoor, situé en Angleterre méridionale. Des archéologues ont révélé que celui-ci pourrait être au moins d'une ancienneté similaire à celle du fameux cercle de trilithes de Stonehenge, voire plus ancien encore. Pour ces scientifiques, ces vestiges démontrent que le secteur, aujourd'hui un parc national renommé, faisait jadis partie du territoire d'une grande civilisation avancée.
 

Les tests géophysiques sur le site du Sittaford Tor ont permis
aux chercheurs d'avancer une ancienneté d'au moins 4000 ans
(Photo : parc national du Dartmoor)
 
Les mégalithes composant le cercle sont tous renversés, de sorte qu'ils sont restés durant des siècles cachés par une végétation envahissante. C'est à la faveur d'un feu contrôlé, technique de brûlis destinée à dégager le terrain, que ces pierres tombées à terre ont été exhumées en 2007, de façon tout à fait fortuite. Les datations provisoires, évaluées sur la base d'analyses au carbone 14 de prélèvements effectués dans le sol, ont permis d'établir que le monument est âgé d'au moins 4000 ans, si ce n'est plus.
 
Prélèvements dans le sol du monument,
permettant d'établir des datations au radiocarbone.

 
D'un diamètre de 34 mètres, c'est le second plus grand cercle de pierres découvert à ce jour dans le parc national du Dartmoor, qui compte au moins quinze structures mégalithiques analogues.
 


Réalisée à partir de photos aériennes prises par un drone,
la reconstitution 3D ci-dessus,
que l'on doit à un Britannique du nom de Matt Cranfield,
présente de façon très claire le cromlech dans son état actuel,
mais aussi tel qu'il apparaissait avec ses pierres redressées.
 
 
Toutes les pierres sont renversées dans la même direction, ce qui suggère qu'elles ont été délibérément abattues, à une date qui reste à déterminer. Ont-elles été jetées à terre pour une énigmatique raison religieuse dès la nuit des temps ?  Ont-elles été vandalisées par un ennemi, suite à une très ancienne invasion ? Ou bien encore, le monument a-t-il été victime du fanatisme chrétien médiéval, souvent si prompt à saccager tout vestige de l' "idolâtrie païenne" ? Au stade où en sont pour le moment les recherches, il n'est à ce jour pas possible de répondre de façon certaine à ces questions.
 
De nouvelles analyses plus détaillées du site permettront peut-être
d'en apprendre plus sur les pratiques spirituelles des peuples britanniques
de la fin du Néolithique et de l'Âge du Bronze.
 
 
Les chercheurs pensent en outre que ce cercle de pierres faisait partie d'une vaste figure, sorte d' "arc sacré" formé par un ensemble de monuments du même type. La carte suivante permet de se faire une idée plus précise de la structure, et de l'emplacement du cromlech de Sittaford.

 


Il faut en effet savoir que le parc national du Dartmoor compte au moins une quinzaine de cercles de pierres. Néanmoins, cela faisait plus d'un siècle que l'on n'avait plus découvert de "nouvelle" structure semblable sur le site. A ce titre, la mise au jour de celui du Sittaford Tor, demeuré enfoui, caché au regard des mortels durant tant de siècles, constitue à fortiori un évènement archéologique exceptionnel.
 
Le cercle de pierres de Scorhill
(Parc national de Dartmoor, Angleterre)
 
Autre cercle de pierres du parc national de Dartmoor
 
 
Cercles de pierres de l'Âge du Bronze, parc national de Dartmoor
 
 "Tor" est un terme local d'origine celtique, qui signifie littéralement "colline", ou affleurement de roche. Il peut tout aussi bien s'agir de formations géologiques ou d'éminences naturelles, cas les plus fréquents, que de tumuli, de cairns ou de petites collines artificielles érigés de mains d'hommes, à une époque fort reculée. Et bien entendu, nombre d'entre eux ont fait jadis l'objet de sacralisations et de pratiques cultuelles. La région du Dartmoor, en sus d'être connue pour la rudesse de son climat, l'est aussi pour ses fameux "tors". Il est même un groupe musical de rock gothique assez réputé qui, sans doute inspiré par le caractère mystique de ce lieu nimbé de légendes et de mystères, s'était baptisé en son temps TORS OF DARTMOOR. Ceci témoigne de la renommée du site anglais, lequel demeure néanmoins méconnu du grand public francophone. Pourtant, l'étendue de cet ensemble et le nombre de monuments mégalithiques qui le composent indiquent de façon certaine qu'il s'est longuement agi ici d'un centre cultuel de première importance. Les vestiges que l'on y trouve n'ont certes pas le gigantisme imposant de l'illustre cercle de Stonehenge. Mais c'est un lieu étrange, voire "magique". Un de ceux, exceptionnels, sur lesquels souffle l'esprit, pour reprendre une jolie formule de Maurice Barrès. Les landes sauvages et désolées du Dartmoor nous livreront-elles un jour quelque secret oublié ?  Nous en diront-elles plus sur les us et coutumes, sur les croyances spirituelles de nos lointains aïeux ?
 
Les cromlechs constituant l' "arc sacré" du parc national
de Dartmoor forment presque tous des cercles parfaits
 

Ces lieux trop longtemps négligés méritent en tout cas qu'on leur accorde enfin toute l'attention qu'ils méritent, eu égard à leur caractère exceptionnel, voire unique. Et si, d'aventure, vous voyagez dans le sud-ouest de l'Angleterre, n'omettez pas d'aller leur rendre visite. Situés dans une magnifique région, aux portes des Cornouailles, ils valent assurément le détour.
 
Hans CANY

 

Contexte géographique :
le parc national du Dartmoor, en vidéo.











jeudi 26 février 2015

LE CHOC : Destruction de pièces archéologiques par les terroristes islamistes de "Daesh"


Les images révoltantes de la destruction de pièces archéologiques dans un musée de Ninive, par le groupe terroriste "Etat Islamique", viennent d'apparaitre sur la toile. Il n'y a pas de mots pour décrire ceci...

Une fois encore avec cet abominable "Etat islamique", nous manquons de sources et de recoupements. Nous n'avons que ces images, horriblement poignantes, de destructions perpétrées dans "un musée de la région de Ninive".




...Et si le cœur vous en dit, si ces photos ne vous suffisent pas, visionnez donc la vidéo de 5 minutes tournée et diffusée par ces excréments "humains". Cela se passe de tout commentaire :
 
 
(Attention : images très dures...)

MISE AU POINT IMPORTANTE : 
 Ceux qui, pour une raison ou pour une autre, sont dans le déni, prétendent que les destructions que l'on voit ne sont celles que de copies. Je crois qu'ils n'ont pas totalement tort, mais qu'ils font ici preuve de la plus criante mauvaise foi. La vérité, c'est tout simplement que, comme dans tous les musées de ce type, CERTAINES pièces sont probablement des copies, en plâtre ou autre.
Mais PAS TOUTES.
Il convient donc de nuancer les choses, et de rester prudents, en l'absence de toute précision complémentaire (pour le moment).

H.C.

dimanche 14 septembre 2014

Les jours de la semaine surgis de la nuit des temps


Avez-vous déjà noté les étonnantes similitudes et correspondances symboliques entre les noms que portent les jours de la semaine dans les différentes langues européennes ?...

Au-delà des évidentes parentés entre les langues de souche germanique (comme par exemple l'anglais et l'allemand), force est de constater, à quelques exceptions près, leurs remarquables concordances sur le plan symbolique, non seulement de par les noms des planètes auxquelles chaque jour fait référence, mais également et surtout de par les divinités et leurs attributions qui y sont associées.

Pour ne prendre qu'un exemple très simple, examinons de plus près les correspondances de ces noms entre trois langues européennes bien connues, le français, l'anglais, et l'allemand :


Français : Lundi ("Jour de la Lune")

Anglais : Monday ("Jour de la Lune")

Allemand : Montag ("Jour de la Lune")



Français : Mardi ("Jour de Mars", dieu de la guerre)

Anglais : Tuesday ("Jour de Tyr", dieu de la guerre)

Allemand : Dienstag ("jour de Thincsus", dieu de la guerre)



Français : Mercredi ("Jour de Mercure")

Anglais : Wednesday (Wodan's Day, "Jour de Wodan" ==>correspondance Mercure-Lug-Wodan/Odin)

Allemand : Mittwoch ("Milieu de la semaine" ==> sans correspondance)



Français : Jeudi ("Jour de Jupiter", dieu de la foudre)

Anglais : Thursday ("Jour de Thor", dieu de la foudre)

Allemand : Donnerstag ("Jour de Donar/Thor", dieu de la foudre)



Français : Vendredi ("Jour de Venus", déesse de l'amour)

Anglais : Friday ("Jour de Freya", déesse de l'amour)

Allemand : Freitag ("Jour de Freya", déesse de l'amour)



Français : Samedi ("Jour de Saturne")

Anglais : Saturday ("Jour de Saturne")

Allemand : Samstag ("Jour de Saturne")



Français : Dimanche ("Dominus Dies", interprétation chrétienne tardive où le Dieu biblique remplace le Dieu Soleil)

Anglais : Sunday ("Jour du Soleil")

Allemand : Sonntag ("Jour du Soleil")



Loin d'être le fruit de coïncidences liées aux hasards de l'évolution linguistique, ce fait en apparence anodin ne l'est pas du tout, puisqu'il illustre non seulement la pérennité des symboles mythologiques païens jusqu'à l'époque actuelle , mais aussi et surtout les étroites affinités spirituelles et culturelles ayant persisté de tous temps entre les divers peuples apparentés à l'indo-européanisme, quelles que soient les branches auxquelles se rattachent leurs langues respectives : germaniques, latines, celtiques, etc.

Le patrimoine spirituel et culturel de tous les peuples européens constitue bel et bien un creuset civilisationnel commun. Et c'est à nous, Européen(ne)s modernes, dépositaires de ces traditions ancestrales, qu'il incombe de retrouver la trace d'une mémoire trop longtemps occultée. Car, pour paraphraser Nietzsche, l'avenir appartient aux peuples qui auront la plus longue mémoire.

Hans CANY



Semainier gallo-romain de Trèves, Allemagne.
On y reconnait les divinités associées aux jours successifs de la semaine :
Saturne (Samedi), Helios/Apollon/Sol (Dimanche), Luna/Diane (Lundi), Mars (Mardi), Mercure (Mercredi). Les petits trous situés sous chaque divinité servaient à planter des bâtonnets indicateurs.


lundi 11 août 2014

Aton, les Egyptiens, le monothéisme et les Hébreux

 

Les Hébreux étaient des Egyptiens adorateurs du dieu Aton. C'est ce qu'ont découvert deux chercheurs français. Une hypothèse pressentie, au siècle dernier, par Champollion.
Cette découverte fera du bruit. Elle agace, déjà, le milieu scientifique - historiens et archéologues -, et trouble le monde religieux. Le bruit court que les agents de Steven Spielberg en ont eu vent outre- Atlantique et que le grand cinéaste pourrait porter à l'écran « Les secrets de l'Exode », l'ouvrage de deux chercheurs hébraïsants (1).
Les intuitions de Sigmund Freud
Que nous disent Messod et Roger Sabbah? Ce que le Lotois Jean-François Champollion avait, bien avant eux, probablement pressenti - il est mort trop tôt pour aller au bout de ses convictions. Ce que le psychanalyste Sigmund Freud avait, il y a soixante ans, géniale intuition, soupçonné en évoquant, dans ses écrits, l'hypothèse d'une transmission aux Hébreux, par Moïse l'Egyptien, de sa propre religion, celle du dieu Aton. Messod et Roger Sabbah vont plus loin encore en soutenant que tous les Hébreux sont des descendants des anciens Egyptiens.
Ils s'appuient d'abord sur un constat: il n'y a aucune preuve archéologique de l'existence de ces Hébreux tels qu'ils sont décrits dans la Bible. Pour la plupart des savants, ils seraient vaguement assimilés, faute de mieux, aux « Apirous », peuple semi-nomade aux contours flous. Aussi s'interroge-t-on depuis des lustres: comment une population ayant vécu près d'un demi-millénaire en Egypte, forte de près de deux millions d'âmes, a-t-elle pu fuir le pays, l'armée du pharaon à ses trousses, puis s'installer en « Terre Promise », alors administrée par l'Egypte, sans qu'aucune trace ne subsiste ni de leur long séjour, ni de leur exode? Pas de trace non plus d'Abraham. Inconnu au bataillon pour les scientifiques. Pas d'inscription, pas de récit, rien dans les temples, rien sous le sable du désert.
L'obscur pharaon Aï
Nos deux chercheurs fondent ensuite leur hypothèse sur une troublante étude comparative des écritures, l'hébraïque et les hiéroglyphes. Dans le tombeau de Toutankhamon, ouvert en 1923, figuraient des inscriptions rédigées en hiéroglyphes insolites, certaines lettres ressemblant à s'y méprendre - forme, prononciation, valeur symbolique - à l'alphabet hébreu. La coïncidence, à l'époque, n'émut personne. Pas plus que celle-ci: sur un mur du tombeau, le double « cartouche (la signature gravée) d'un obscur pharaon, Aï, dont le nom, en hiéroglyphes, ressemble à celui, dans la Bible araméenne, de Dieu, prononcé Adonaï (Aton-Aï). Et, à l'entrée de la salle du trésor, gardant la tombe, couché sur un coffre, le chien Anubis (ou Anapi): en hébreu, « Nabi » signifie « gardien de la loi ». Chien et coffre étaient recouverts d'un tissu sacré rappelant le châle de prière des Hébreux. Le coffre à brancards, lui, pourrait s'apparenter à l' « Arche d'Alliance » telle qu'elle est décrite dans la Bible.
Arguant de ces similitudes - il y en a bien d'autres -, les frères Sabbah ont relu de fond en comble les textes. Ils en ont déduit que la langue hébraïque était issue des hiéroglyphes, stylisés. Et, dès lors, tout s'est éclairé: les énigmes de la Bible, les noms aux consonances étranges parce qu'étrangères, les personnages, l'Histoire.
Remontons 3350 ans en arrière. Akhet-Aton, capitale de l'empire d'Egypte - connue aujourd'hui sous le nom de Tell El Amarna -, est la ville du pharaon Akhénaton (« Je suis le soleil vivant ») et de la reine Nefertiti. C'est une cité d'or et de lumière, située au nord de l'actuelle Assiout, sur le Nil, c'est la cité sainte du dieu Aton, le « dieu unique », créateur du ciel et de la terre. Akhénaton a rompu, en effet, avec les divinités du panthéon égyptien, il y règne en maître absolu. Quand il meurt, Aï, qui n'est encore que grand prêtre - plus tard, il sera pharaon sous le nom du « Divin Père Aï » -, prend les rênes du pouvoir, assurant la régence en attendant que Toutankhamon (il n'a que huit ans) grandisse.
Alors, tout s'effondre: le culte ancestral d'Amon, dieu multiple, est rétabli, c'est le retour à l'orthodoxie. Aï et Toutankhamon vont faire en sorte que soit effacé tout vestige de cet Akhénaton de malheur qui laissait le reste du pays sombrer dans la misère, et de ce dieu Aton qui proclamait que les hommes étaient égaux et que seule la méchanceté les différenciait!
La ville, cet éden (s'agit-il là du biblique « paradis perdu »?) va être rapidement désertée, avant d'être, ultérieurement, totalement détruite. Tout le monde est chassé: les prêtres d'Aton, les « Yadoudaé », qui vont former le royaume de Juda, les scribes, les notables, l'élite et, avec eux, le petit peuple, « la tourbe nombreuse » dont parle la Bible, le futur Israël (en égyptien, « fils de Râ et de Dieu ») qui entrera en conflit avec Juda.
Dans leurs bagages, ils emportent leur foi monothéiste - la première de l'histoire humaine -, leurs traditions. Après des années d'errance et de querelles, ces « Egyptiens » vont adopter leur écriture « hébraïco- hiéroglyphique » et conserver le souvenir de l'âge d'or. Aï a fait d'une pierre deux coups: il s'est débarrassé de ces encombrants monothéistes et les bannis lui servent de « zone tampon » contre les Hittites, l'ennemi du nord!
Chassés du « paradis »
Episode annexe de ce grand départ, la fuite, vers le sud, de la police pharaonique composée de Nubiens, les « Medzaï » (« Fils d'Aï »). Au Kenya, note- t-on, les Masaï se réclament aujourd'hui d'un dieu unique, évoquent leur âge d'or, au nord, et portent des ornements qui ne sont pas sans rappeler les symboles sacrés de l'Egypte ancienne...
Bien des siècles après cette épopée, nous disent Messod et Roger Sabbah, les scribes, lors de l'exil à Babylone, ennemi juré de l'Egypte, vont rédiger un texte, la Bible, maintes fois remanié, où ne figure plus cette lointaine et gênante origine égyptienne, où les noms sont maquillés. Inventé donc, Abraham, inventée sa naissance en Mésopotamie!
Sarah, c'est Nefertiti
Et tout concorde, pour nos deux chercheurs: la chronologie des pharaons, leurs vies, leurs actions, la Bible et l'histoire égyptienne. Abraham (« Ab-Rah-Am », père du dieu Râ et Amon)? C'est Akhénaton lui-même: d'un côté l'Abraham biblique à qui Dieu parle, qui rejette le polythéisme et égorge le bélier en lieu et place de son fils Isaak (le pharaon Semenkharé, en égyptien Saak- Ka-Râ?); de l'autre Akhénaton, qui converse avec Aton, rompt avec les divinités, sacrifie le bélier (Amon). Sarah, c'est la belle Nefertiti, Agar, c'est Kiya, la seconde épouse. Moïse (« Mésés »)? C'est Ramsès Ier, homme de guerre, impulsif. Aaron? C'est Horemheb, général puis pharaon. Joseph? C'est Aï: l'un et l'autre ont été enterrés en « pharaons d'Egypte » et leurs momies ont disparu...
Pas de peuple réduit en esclavage, pas de « peuple élu », pas de terre promise par Dieu: si elle les a étourdis - on le serait à moins -, cette découverte n'a pas fait chanceler la foi de Messod et Roger Sabbah, issus d'une lignée de rabbins: ils assurent être toujours croyants.

* « Les secrets de l'Exode », Messod et Roger Sabbah, éditions Jean-Cyrille Godefroy, 556 pages, 185 F/28,20 euros.
Philippe BRASSART


« Abraham = Akhénaton »

Les auteurs des « Secrets de l'Exode » ne sont ni des farfelus ni des iconoclastes. Messod et Roger Sabbah sont issus d'une lignée de rabbins et de grands rabbins, ils ont effectué des études bibliques et talmudiques poussées. Leur livre est le fruit de vingt ans de recherches. « Si tout ceci était un canular, dit Roger Sabbah, nous nous cacherions... »

LA DEPECHE DU DIMANCHE.- Pensez-vous que Champollion, s'il n'était pas mort prématurément, aurait abouti aux mêmes conclusions que vous?

ROGER SABBAH.-
Certainement. D'ailleurs, dans son dernier ouvrage, il exhorte les chercheurs à la critique de la Bible. C'est son grand message: il a voulu dire que l'Egypte devait servir à appréhender la Bible d'une façon différente. La Bible elle-même nomme 700 fois le mot Egypte, ce sont des clins d'oeil pour dire: fouillez là-bas pour approcher la vérité! Notre recherche à nous va se poursuivre car il y a bien d'autres analogies entre la Bible et l'histoire de l'Egypte ancienne. Par exemple, à propos de la sagesse, 2000 ans avant notre ère, un pharaon écrivait: « Si tu respectes ton père et ta mère, tu vivras longtemps ». Or on retrouve le même rapport dans le troisième commandement. Toutes ces concordances existent, nous ne les avons pas inventées. Maintenant, c'est au lecteur de décider de ce qu'il doit croire ou de ne pas croire. Notre livre ne fait qu'évoquer une hypothèse.

DDD.- Pour vous, le monothéisme est vraiment né en Egypte ?
R. S.- C'est une certitude. Les empires assyrien et babylonien étaient tous polythéistes. Le culte d'Aton est vraiment le premier monothéisme de l'Histoire, un pur monothéisme affirmant: il n'y a pas d'autres dieux. Ce qui rejoint le commandement biblique: tu n'auras pas d'autres dieux que moi. Nous nous sommes donc demandé qui pouvait bien être ce personnage fabuleux nommé Abraham. Et, petit à petit, en étudiant isolément le cas Abraham et le cas Akhénaton, nous avons abouti à cette conclusion: l'un est probablement le mythe de l'autre. Abraham n'est pas né en Mésopotamie.

DDD.- Vous parlez du pharaon Moïse, du pharaon Aaron. Mais où et quand auraient-ils régné ?
R. S.- Après Akhénaton, Semenkharé, Toutankhamon et Aï, sous les noms d'Horemheb et de Ramsès Ier. Le tout sur une durée de quarante ans, ce qui - hasard? - correspond aux quarante années des Hébreux dans le désert. Tout cela s'est passé en Egypte, où certains Hébreux étaient revenus. Quand Moïse est parti - « dans la montagne » d'après la Bible - en déléguant son autorité à Aaron, ce dernier en a profité pour prendre le pouvoir. D'où l'histoire du veau d'or, symbole, pour les Egyptiens, de la mise sur le trône d'un nouveau pharaon. Il faut bien comprendre que l'histoire biblique est un transfert.

DDD.- Si on prolonge l'analyse, on en déduit que Jésus est d'origine égyptienne...
R. S.- Certains soutiennent même qu'il n'a pas existé, qu'il est un symbole de l'Egypte ancienne. D'autres disent que c'est en Egypte qu'il a découvert la véritable histoire des Hébreux et qu'à partir de là, révolté, il a justement voulu tout chambouler...

DDD.- Comment est perçue votre découverte? Elle est tout de même dérangeante pour les égyptologues, et surtout pour les juifs qui verraient, si vous dites vrai, toutes leurs valeurs s'effondrer...
R. S.-Les égyptologues font front commun contre nous. mais ils ne remettent pas en cause les découvertes principales: il y a trop d'analogies pour qu'il n'y ait pas un fondement. Nous pensons que l'égyptologie a fait une faute de parcours, négligé l'étude des religions. Quant à la symbolique juive, elle garde sa valeur. La mystique juive fait partie d'une certaine forme de fondement de l'être humain. J'espère en tout cas que ce livre rapprochera les trois religions monothéistes qui ont un tronc commun.

DDD.- En quel dieu croyez-vous? Pas le Yahweh de la Bible mais alors lequel: l'Aton égyptien?
R. S.- Je reviendrais peut-être davantage à la religion amonienne! Dans la mesure où Dieu y a une dimension universelle et inconnue. L'Egypte ancienne avait compris l'immense problème que l'humanité d'aujourd'hui n'a toujours pas résolu: celui de la tolérance, mais à la base, aller vers le Bien, considérer le divin comme une universalité et les dieux comme des projections de cette universalité, des morceaux du divin. Le drame, c'est la cassure qu'il y a eu quand un homme a déclaré - c'était Akhénaton - qu'il était lui-même Dieu et qu'il fallait donc l'adorer...
Ph. B.


vendredi 4 juillet 2014

Des murailles mégalithiques gigantesques en Sibérie ?

Une rumeur insistante fait actuellement polémique, au sujet de prétendus mégalithes géants formant des murailles cyclopéennes, dans les environs de Gornaya Shoria en Sibérie, Fédération de Russie. Malheureusement, fort peu d'informations fiables -et fort peu d'informations tout court- nous parviennent au moment où sont rédigées ces lignes. Néanmoins, quelques photos réelles des lieux concernés circulent à présent sur internet.

Véritables constructions cyclopéennes, ou fort curieux caprice de la nature ? Il n'est pas encore sage de trancher catégoriquement entre l'une ou l'autre de ces possibilités. Certaines photos semblent faire pencher la balance d'un côté, tandis que d'autres la feraient plutôt pencher de l'autre. La controverse fait d'ores et déjà rage, et l'avenir finira par nous en donner le cœur net. Du moins faut-il l'espérer.

Reste qu'en l'occurrence, nous nous trouvons ici en terrain "miné",  exactement comme dans les cas de l'intrigant site japonais submergé de Yonaguni, ou des prétendues et hautement sulfureuses "pyramides" de Bosnie. Prudence, retenue et circonspection s'imposent donc à l'heure actuelle.

Hans CANY



 
 
 

 
 
 

 


Un troisième monolithe géant découvert à Baalbek

Liban baalbek hajar el hibla

 
Un monolithe plus large et plus massif que celui connu sous le nom de Hajar al-Hibla découvert sur le site d'une carrière antique.

Liban baalbek new07 2014 1

Baalbek au Liban est une ville antique mais aussi un chantier archéologique encore loin d'être complété de nos jours. En effet, c'est à 800 mètres des ruines romaines que des sondages réalisés dernièrement par l'équipe de l'Université du Liban menée par Janine Abdel Massih sur une colline nommée Cheikh Abdallah ont révélés une surprise de taille. Terme adéquat quand ils se sont aperçu qu'il s'agissait d'un bloc unique de pierre taillée, un énorme monolithe plus large et plus massif que la mondialement connue Hajar al-HiblaIl mesure 19,6 mètres de long, six mètres de large et 5,5 mètres d'épaisseur pour l'instant. « Jusque-là. Car nous n'avons pas encore atteint le fond du roc pour le dégager entièrement », a-t-elle déclaré, ajoutant que les travaux reprendront après l'Aïd de Fitr (fête musulmane marquant la rupture du jeûne du mois de ramadan).
" Située à l'entrée sud de Baalbeck, la colline Cheikh Abdallah abrite une carrière antique de pierre calcaire conglomérée, qui a approvisionné le chantier de construction du complexe romain. Et selon l'archéologue, il ne serait pas improbable que le bloc monolithique découvert ait été taillé pour les soubassements du temple de Jupiter, dont le plan initial devait être plus large, comme l'ont relevé des études antérieures.

Liban baalbek new07 2014 2

Le mégalithe a été trouvé légèrement en contre-bas de celui connu sous le nom de Hajar el-Hibla ou Hajar El Gouble (21,50 m de long, 4,80 m de large et 4,20 m de hauteur). Un deuxième bloc avait été mis au jour dans les années quatre-vingt-dix. Ses couches archéologiques parfaitement conservées avaient permis aux spécialistes d'étudier la manière d'extraire les monolithes.
L'opération se faisait par le creusement de tranchées verticales isolant la masse sur ses côtés, avait expliqué Janine Abdel Massih, lors d'une conférence donnée au musée de l'AUB, en décembre 2005. Ces tranchées, qui font entre 10 et 20 cm de largeur pour les blocs de moins d'un mètre de haut, peuvent atteindre les 40 à 60 cm pour les blocs de plus grande dimension. La hauteur des pierres extraites est délimitée par l'épaisseur naturelle de strates géologiques de la roche.
Si les tonnes de pierres utilisées dans la construction des temples de Baalbeck proviennent essentiellement de la carrière située sur la colline Cheikh Abdallah, dans le secteur nord de la ville antique et sur un rayon de plus de deux kilomètres, les archéologues ont relevé la présence d'exploitations ponctuelles. À l'ouest, non loin du complexe romain, la carrière de Kyales a donné une pierre de meilleure qualité : une roche tendre à grains fins qui a vraisemblablement fourni le support de toutes les sculptures et décorations des temples. "

Liban baalbek hadjar el gouble



 
Le site avant les récentes fouilles, avec la pierre Hajar el-Hibla seule pour l'instant
L'origine du nom de Baalbek n'est pas connue avec certitude. Le terme phénicien Baal, qui signifie « seigneur » ou « dieu », était le nom donné à une divinité céleste sémitique. Le nom de la ville pourrait donc signifier « dieu de la Beqaa », ou « dieu de la ville », selon les différentes interprétations que l'on donne du terme.
Situé au cœur de plaines fertiles, Baalbek n'était guère plus, au cours de la période phénicienne, qu'un village agricole honorant une triade de dieux de la fertilité. Ayant reçu le nom d'Héliopolis au cours de la période hellénistique, cette modeste cité connut son apogée après l'arrivée des Romains en Phénicie, en 64 av. J.-C., époque où elle devint le siège de l'un des sanctuaires les plus importants du monde antique, progressivement couvert de constructions colossales qui y furent construites pendant plus de deux siècles. L'ensemble monumental d'Héliopolis est l'un des plus impressionnants témoignages, et l'un des plus célèbres, de l'architecture romaine d'époque impériale.
Les historiens attribuent à Auguste le dessein de fonder un sanctuaire impérial dont le culte syncrétique aurait favorisé la politique culturelle de Rome. Quoi qu'il en soit, la triade romaine d'Héliopolis (Jupiter, Vénus et Mercure) vint alors remplacer la triade phénicienne (Baal-Shamash, Anta et Alyn). Les premiers travaux, ceux du temple de Jupiter, commencèrent vers la fin du Ier siècle av. J.-C., sous le règne d'Auguste, et furent achevés peu après 60 apr. J.-C., sous Néron. L'immense sanctuaire de Jupiter Héliopolitain était scandé de 104 massives colonnes de granit importées d'Assouan, en Égypte, qui renfermaient un temple entouré de 50 autres colonnes. Dès lors, les travaux se poursuivirent jusqu'à la construction du grand autel (vers 100 apr. J.-C.) et du « temple de Bacchus » (vers 120-125 apr. J.-C.) : ce temple tire son nom des nombreux reliefs sculptés qu'il a livrés, interprétés par les archéologues comme des scènes de l'enfance de ce dieu.
" Sur ce vaste plateau de terre rouge consacré au blé, nous sentons déjà l’emprise du Soleil. Au-dessus des éléments extrêmes comme le vents ou le froid nous voyons son cours régulier donner la mesure de toutes choses. Au milieu de ce vaste autel, le contre point d’une éminence rocheuse adjointe d’une source Ras el Aïn peut paraître incongru ou bien providentiel. C’en est le tabernacle géographique. Vraiment cela ne pouvait qu’être ici que s’effectuerait le lien entre la puissance divine et les hommes. Baal nous dit qu’avant les monuments que nous voyons, il y avait en ces lieux un culte immémorial. Ce haut rocher naturel immense jeté sur cette plaine n’ayant que l’argile pour tapis, au côté d’une source pas loin du départ du fleuve de l’Oronte attirait les regards interrogateurs des hommes. Mais aussi la foudre du ciel quand le temps était à l’orage. Sur ce roc les hommes édifièrent un temple.
Puis à l’époque hellénistique on construisit les ruines que nous voyons. La seule date que nous avons trouvée sur le tambour d’une colonne marque l’époque de Néron en ère séleucide. Ce fait illustre parfaitement l’affirmation de Paul Veyne, pour qui l’empire romain est la continuation de la chanson d’Alexandre le Grand par la ville du Latium. D’ailleurs malgré les séleucides ; diadoques et épigones prolongés de tous les césars il manquera toujours une partie des assises au temple de Jupiter. Dans la grande cour, quelques niches attendent encore les dernières statues des 365 jours un quart de la course solaire. A leurs pieds deux bassins de pierre espèrent toujours la finition des bordures sculptées.
Ainsi malgré les ruines du temps nous voyons les plans des espérances inachevées des promoteurs. Le H, Héliopolis, formé par les tunnels (120 m de L x 6 m) se dessinent parfaitement à nos yeux avec un peu d’attention en prenant de la hauteur spirituelle. Par la grâce de cette incomplétude nous voyons aussi le roc originel, la vraie pierre de touche, servant de socle au temple de Jupiter.
A l’ouest apparaît l’énigme des trilithons. Ces trois monolithes surmontent une plinthe en formant une assise phénoménale (19,10 m x 4,34 m) (19,30m x 3,65) (19,59m x 3,65). Notez bien que nous ne pouvons pas savoir leur profondeur. Ils sont en base, certes immenses, mais cachés. Si nous arrondissons et prenons la densité de 2,5 T le m3 nous avons un poids moyen de 800 T. Au nord, à l’ouest et sud nous retrouvons le même genre de constructions de 9 pierres mais leur longueur divisée par deux. (10m x 4m). Là, la profondeur à un endroit a pu être estimée à 3m. Les lits de pierres les surmontant frappent par la différence de dimensions ; ils restent énormes mais n’atteignent pas le choc des trilithons. Un peu plus loin au sud-ouest de la ville au pied de la colline de Cheik Abdallah une autre masse cubique de calcaire dur, grenu, semble attendre le temps des Géants, des Titans, des Dieux pour rejoindre la chanson lithique de Baalbek. C’est la plus grande pierre taillée du monde. (21,50 m x 4,20 m x 4,80 m) Soit une masse de 433 m3 avec une densité de 2,5 T le m3 nous avons 1 082,5 T. " (Extrait - Michel Rouvière)

Liban baalbek trilithons



 
C'est de cette même carrière qu'ont été extraites les trois pierres colossales appelées "Trilithon", et été érigées au premier siècle de notre ère. Leur transport et leur installation en position horizontale poseraient des problèmes insurmontables aux ingénieurs modernes même en utilisant les technologies les plus avancées. Malgré l'habileté technique des Romains, on n'en connait pas d'autre exemple dans tout le reste de leur ancien empire.
Si l'on dresse ces trois pierres, elles sont hautes comme un immeuble de cinq ou six étages. La plus grande mesure 18 m sur 4.20 m par 3.60 m et pèse environ 800 tonnes. Taillé dans la carrière distante de près de 2 km, chaque bloc a été transporté sur le site de Baalbek et soulevé d'environ 7.50 m en position finale, au sommet d'une plate forme de pierres de moindres dimensions. La plupart des grues modernes seraient incapables d'accomplir un tel exploit.


Sources : http://whc.unesco.org/fr/list/294 + http://www.lorientlejour.com/article/874527/a-baalbeck-la-colline-cheikh-abdallah-livre-son-troisieme-monolithe.html + http://www.discoverlebanon.com/vues_panorama_liban/beqaa/baalbeck/trilithons_baalbeck.php + Wikipedia

CIVILISATIONS MYSTERIEUSES, par Ivar Lissner

 
 
 
 
A lire, les tomes 1 et 2 de "Civilisations mystérieuses", par Ivar Lissner.
"J'ai Lu" aventure mystérieuse 318 & 319. Année 1974. 250 & 246 pages.

1/ ANCIEN MONDE...
Notre époque a soif d'une meilleure connaissance du passé enseveli. Les hommes sentent que même les civilisations les plus mystérieuses font partie de leur présent. C'est un jeu très instructif de glaner la vérité dans les phénomènes étranges, de creuser la terre, de briser le roc, d'exhumer des villes et de se rendre compte ainsi comment les hommes ont vécu, comment ils ont pensé et de se dire que leur esprit a passé dans le nôtre. Nous sommes des hôtes passagers sur la Terre. »
Dans ce premier volume, l'auteur nous fait découvrir tous les mystères qui entourent les mégalithes dressés à Stonehenge, Carnac, etc., il nous initie aux secrets de la Pythie, des dieux grecs, et aux civilisations inconnues du Moyen-Orient.
« Nous sommes des hôtes passagers sur la Terre » : les traces laissées par les civilisations disparues montrent que nous n'avons peut-être pas été les premiers.

2/ ASIE ET NOUVEAU MONDE
« Toute civilisation du passé, même si elle demeure ensevelie sous des tonnes et des tonnes de sable et de pierres, vit en nous », dit Ivar Lissner. Nos plus secrètes racines plongent dans le terreau de ces civilisations mal connues et notre esprit se nourrit de leur substance. Les découvrir, c'est dé-couvrir l'homme, partout semblable, par-tout habité par la même exigence, partout tourné vers le même ciel, aujourd'hui comme hier. Cette quête, Ivar Lissner ne cesse de la poursuivre à travers tous les continents et à travers tous ses livres. Pour rendre sensible à tous l'apport des civilisations disparues, il se comporte en grand reporter. II nous emmène avec lui à travers les ruines immenses et fait se lever devant nous, vivantes, les villes mortes, avec leurs hommes, leurs travaux et leurs dieux. De Jéricho, la plus ancienne ville du monde, à Zimbabwe, la cité mystérieuse du Zambèze, des steppes russes aux forêts de l'Amérique Centrale, les pierres s'animent et livrent leurs secrets.




TERRE ENIGMATIQUE, de Peter Kolosimo

 
Peter Kolosimo
TERRE ENIGMATIQUE
Les plus récentes découvertes archéologiques reposent le problème de l’origine de l’humanité et celui des grandes civilisations disparues. Ainsi, on a retrouvé à Kanjera deux crânes datant de 400.000 ans et parfaitement semblables au crâne de l’homme moderne. Ils ont fait dire au Pr Hürzeler : « il n’existe pas une probabilité sur 1000 pour que l’homme descende du singe ».

Peter Kolosimo s’attache ainsi à remonter le cours de l’histoire humaine au-delà des limites qui lui sont assignées par la science officielle. Il arrive à retrouver les traces de ce règne des géants de l’ère tertiaire que Denis Saurat avait déjà mis en lumière, et il est inéluctablement amené à démontrer la réalité de l’Atlantide. Mais Kolosimo va plus loin encore et nous apporte la preuve de contacts entre l’espèce humaine et des êtres venus d’outre-espace. »

L’ère des géants - Cauchemars de pierre - Les secrets des pyramides - Le mystère de l’Atlantide - Les astronefs de Tiahuanaco - Les légendes des terres disparues - Croisières impossibles  - Les dieux blancs - Mu la fabuleuse - Légendes stellaires - Les mythes des terres perdues – etc…

Coll. L’Aventure Mystérieuse – J’ai Lu – 1973 – 374 pages





L'EMPREINTE DES DIEUX, par Graham Hancock

 
 Du fond des âges, d'immenses empreintes sur terre, d'impressionnants vestiges archéologiques, des traces de bouleversements et de cataclysmes à l'échelle planétaire, de mystérieux signes et écrits de toutes origines, tentent de nous délivrer un très pressant message... Graham Hancock, avec brio et maîtrise, assemble, pièce après pièce, un gigantesque puzzle regroupant les grands mystères du monde : les immenses dessins au sol de Nazca, les ruines mégalithiques de Tiahuanaco, les énigmatiques cartes médiévales de l'Antarctique libre des glaces, les pyramides d'Égypte et d'Amérique centrale et leurs corrélations mathématiques, les dieux blancs des Aztèques et des Incas, les troublantes et nombreuses versions du mythe du Déluge, l'âge multimillénaire du Sphinx pour n'en citer que quelques-uns. Mais dans ce livre duquel on ne peut s'arracher, Hancock ne se limite pas à cette captivante démonstration. Il propose, ni plus ni moins, une nouvelle et très convaincante approche de l'histoire des hommes depuis les commencements. D'après les historiens et les archéologues, la civilisation aurait émergé au Proche-Orient, il y a cinq mille ans... Battant en brèche ce dogme, Hancock se lance sur la trace des " Dieux ", rescapés d'une civilisation originelle dont l'Antiquité, dans l'Ancien comme dans le Nouveau Monde, serait l'héritière ; une civilisation primordiale d'un niveau scientifique et culturel très élevé, anéantie des milliers d'années avant la construction des pyramides d'Égypte dans une catastrophe apocalyptique appelée, si l'on en croit la périodicité fixe des cycles cosmiques, à se reproduire...

lundi 23 juin 2014

Chronos ou Cronos ? La raison d'être de KRONOS

Kronos ou Cronos, fils d'Ouranos (le ciel) et de Gaïa (la Terre), est identifié au Saturne romain. Père cannibale de Zeus/Jupiter, il est le roi des Titans, incarnation des forces primitives, brutales et chaotiques, issues de la nuit des temps. La quasi homonymie entre Kronos/Cronos et Chronos a conduit a une fréquente confusion de ces deux figures divines, et ce d'autant plus que si Chronos n'est qu'une incarnation allégorique du Temps, Kronos/Cronos est lui aussi doté d'attributions liées au Temps.

KRONOS, on l'aura bien compris, se penche  au bord de l'insondable abîme des temps, et s'efforce d'en percer sans cesse davantage les ténèbres, pour tenter d'en distinguer le fond.

La vision de KRONOS et sa conception de l'archéologie s'apparentent peu ou prou à celles des "fortéens" de KADATH, la fameuse revue belge d'archéologie mystérieuse, qui publie ses "Chroniques des civilisations disparues" depuis 1974. La démarche de KRONOS se résume néanmoins de façon plus précise par quatre mots-clés, qui en marquent les principales orientations : non-académisme, non-dogmatisme, éclectisme, et vulgarisation.

KRONOS n'a donc nulle prétention de rivaliser avec de quelconques structures ou publications préexistantes. Sa raison d'être est juste d'informer, de concentrer de la documentation écrite et visuelle, d'éveiller les curiosités et d'ouvrir les esprits, le tout en nous adressant au grand public profane ou passionné de fraîche date.

De même, KRONOS, bien qu'ayant parfaitement conscience des vives rivalités qui opposent parfois telles ou telles chapelles ou autres écoles de pensée, reste parfaitement ouvert à toutes, des "Kadathiens" à Erich von Däniken, en passant par Graham Hancock, Denis Saurat, Louis Charpentier, Peter Kolosimo, Paul Ronecker, l'équipe de la revue ATLANTIS et bien d'autres encore.

Divers documents d'ordre général, concernant juste l'archéologie et l'histoire antique, protohistorique et préhistorique officielles, au sens large, sont aussi susceptibles de faire l'objet de publications, dans la mesure où ils peuvent constituer des pistes de réflexion et des sources d'informations valables.

Soutenez KRONOS. Partagez, diffusez les liens de ce blog et de la page Facebook. Participez-y, en y faisant publier vos propres écrits, textes ou documents de toutes natures, et contribuons ainsi tous ensemble à la réémergence d'un Titan, celui qui incarne plus que tout autre la mystérieuse et ô combien fascinante obscurité des origines.

Merci à tous et à toutes de votre attention, voire de votre éventuel soutien dans le cadre de cette nouvelle aventure. Il ne tient qu'à nous tous d'en faire ce qu'elle peut parfaitement devenir : un point d'information, de communication et d'échanges incontournable.
Je suis sincèrement convaincu que le jeu en vaut la chandelle.


Hans CANY



dimanche 15 juin 2014

La Roche-aux-Fées en Bretagne : Colossal temple solaire mégalithique ?

 
Le 14 février 2014. Allée couverte de la Roche-aux-Fées.

Particulièrement bien conservé, ce monument massif et imposant a peut-être eu une fonction de temple : on y a en tout cas retrouvé aucune trace qui témoigne de façon certaine  d'un usage funéraire exclusif. De même, il y a controverse sur le fait que le monument ait été ou non recouvert d'un tumulus à l'origine. Le soleil levant éclaire le fond de l'édifice au petit matin du solstice d'hiver, aux alentours des 21 à 23 décembre. Cette propriété semblerait étayer la thèse d'un non-ensevelissement, du moins pas total. Notons le portique surbaissé, avec son linteau et ses montants remarquablement équarris.
La datation officielle du monument le situerait hypothétiquement au néolithique final, soit entre 3 000 et 2 500 ans avant l'ère chrétienne.


(H.C.)
 
Le monumental dolmen de la Roche aux fées est situé sur la commune d'Essé en Ille-et-Vilaine. Il mesure 19,5 mêtres de long, 4,70 mêtres de large, et atteind 4,10 mêtres de haut.
Cet impressionnant édifice date du néolithique final (4500 à 4000 ans avant nos jours). Il est constitué d'une quarantaine de blocs de schiste du Précambrien. Ce schiste non présent sur le site a dû être importé. Le gisement le plus proche se situe dans la forêt du Treil à 5 km de l'édifice. C'est un travail titanesque au vu de la taille des blocs de pierre dont une demie-douzaine peuvent peser près de 40 tonnes.
 

La légende raconte que ce sont les fées qui ont fabriqué ce monument, et que si on essaye de compter à plusieurs reprises le nombre de pierres utilisées, on ne parvient jamais au même resultat, car les fées, très espiègles, s'amusent à déplacer les pierres pendant que l'on compte.Une croyance en particulier veut que les jeunes mariés doivent à la nouvelle lune compter le nombre de pierres en faisant le tour du dolmen chacun de son côté, les femmes dans le sens des aiguilles d’une montre et les hommes en sens inverse ; s’ils obtiennent le même nombre alors leur union sera durable.
Une croyance recueillie au XIXème siècle présente la Roche aux Fées comme une grotte construite par les fées pour protéger les âmes des bonnes gens, mais ces fées se sont enfuies depuis la mort des arbres il y a plus de deux siècles. Les jours de tempêtes, le sifflement du vent entre les pierres serait les lamentations des âmes auxquelles elles ne rendent plus visite.


 


La Roche-aux-Fées, été 1993


Photos 2014 et 1993 : Hans CANY